mesures sécurité alimentaire

Des mesures en cours pour améliorer la sécurité des aliments en France

Depuis l’affaire Lactalis, les contrôles sur les industriels se veulent plus nombreux. En effet, selon la commission d’enquête parlementaire “l’auto-contrôle n’est pas suffisant“. Ils veulent que ces incidents ne se reproduisent pas.

Mais comment faire pour avoir plus de contrôles et d’inspections alors qu’ils sont à la baisse ?

Pour faire face à ce problème, la commission d’enquête parlementaire souhaite une autorité unique, augmenter le montant des amendes administratives lorsque les établissements ne respectent pas une rigueur concernant les autocontrôles, mais aussi avoir un oeil sur les laboratoires afin de vérifier s’ils sont bien indépendants. En effet, l’affaire Lactalis a pu mettre en lumière que le laboratoire faisait 90% de son chiffre d’affaires qui été lié à une seule entreprise. Puis, nous avançons vers une autorité unique dans le secteur de la sécurité alimentaire. En effet, pour la commission d’enquête parlementaire, avoir trois ministères qui s’occupe de la sécurité alimentaire, c’est bien trop et difficilement gérable. Christian Hutin demande “il faut que ce soit très clair : un numéro unique, un site unique, une décision unique”.

Autre solution phare pour limiter les problèmes comme celui-ci est de mettre en place des codes barres, ou des QR codes pour que les produits se bloquent en caisse s’il y a une procédure de retrait des produits à la vente. La formation d’un employé en tant que responsable de la santé publique est une solution soulevée.

Vers une création d’une police de la sécurité alimentaire

La police de la sécurité alimentaire serait une seule autorité et permettrait de centraliser la prise de décision et les actions d’urgence en cas de problèmes sanitaires. Le processus serait facilité et plus rapide puisqu’il y aurait une intervention sur toute la chaîne du produit : de sa fabrication à sa distribution jusqu’à sa consommation.

Une seule solution pour y parvenir

Toutes ces mesures nécessitent de l’argent. C’est pourquoi, une ponction fiscale en plus sur les entreprises trottent dans la tête des décideurs. Pour augmenter le nombre de contrôles et d’inspections alimentaire, la seule solution serait de “faire payer les inspections et les contrôles”.