Bilan niveau d’hygiène Alim’Confiance

,
Bilan niveau d'hygiène Alim'Confiance

Quel est le niveau d’hygiène des établissements du secteur alimentaire ?

Depuis le 1er mars 2017, il est possible d’avoir accès au niveau d’hygiène des établissements du secteur alimentaire, via le site Alim’Confiance. Alim’Confiance est un dispositif de l’Etat qui permet de recenser les niveaux d’hygiène des différents établissement allant de « à améliorer » à « très satisfaisant ». 

Quel est donc le bilan de 2019 concernant les résultats des contrôles effectués ? 

Le bilan sur le niveau d’hygiène Alim’Confiance en 2019

Entre décembre 2018 et 2019, c’est pas moins de 41 779 contrôles qui ont été faits dans les différents établissements (boulangeries, boucheries, restaurants, traiteurs, poissonneries…). Grâce à l’étude menée par l’association Consommation logement cadre de vie (CLCV), nous pouvons constater une augmentation du niveau d’hygiène satisfaisant : 51,1% de ces établissements ont obtenu ce niveau d’hygiène contre 42,8% en 2018. Le niveau d’hygiène « très satisfaisant » a quant à lui diminué, passant de 52,2% en 2018 à 42,8%. 

Le résultat « à améliorer » a été obtenu par 5,8% des établissements contrôlés. 

Une disparité géographique 

Alors que le nombre de contrôles a augmenté par rapport à 2018, ces derniers ne sont pas égalitaires selon les régions. En effet, nous pouvons constater une hausse des contrôles sur la région parisienne « plus d’un quart des contrôles ont été effectués en Ile-de-France dont la grande majorité à Paris (64%), alors que certains départements sont quasiment exclus de l’analyse » dénonce la CLCV. Nous pouvons prendre l’exemple de la région Grand Est, où une baisse de contrôle de 13,3% a été notifiée entre 2018 et 2019, ou encore la Corse ou la région PACA dont le nombre de contrôles a aussi baissé.

Des types d’établissements pointés du doigt 

La CLCV a constaté que les boulangeries, les pâtisseries, les glaciers et les boucheries-charcuteries détiennent la majorité des notes « à améliorer ». C’est pourquoi cette association préconise d’augmenter le nombre de contrôles mais surtout de surveiller davantage ce type d’établissement qui offrent aux consommateurs finaux des denrées alimentaires sensibles. 

Les boulangeries dans 18,8% des cas, obtiennent un niveau d’hygiène « à corriger » ou « à améliorer », contre 10,5% pour les rayons pain / viennoiserie / pâtisserie et 8,9% pour les boucheries-charcuteries.

Les restaurants, pour 6,7% des cas et 6,1% des poissonneries ont obtenu ce niveau peu glorieux.

Alors qu’il existe des disparités géographiques, il existe aussi des disparités au niveau des types d’établissements. En effet, certains types d’établissements sont beaucoup plus contrôlés que d’autres ce qui peut expliquer le nombre plus important de « mauvaises notes ».