Ouvrir un restaurant à Lyon

Ouvrir un restaurant : 5 conseils pour réussir

L’ouverture d’un restaurant, d’un café, d’un food-truck ou tout autre établissement CHR demande un fort investissement, autant personnel que financier. Il est donc important d’avancer pas à pas pour faire les choses correctement et augmenter les chances d’avoir une activité pérenne. Nous allons donc voir ensemble des conseils avisés pour que vous réussissiez l’ouverture de votre établissement.

Conseil n°1 : Trouver le bon concept

Tout d’abord, ce que j’entends par concept est une activité nouvelle et originale. Aussi, il est fortement conseillé de choisir le type de restauration que vous aimeriez faire. Si vous avez, par exemple, une affinité particulière avec une cuisine, ou encore une affinité pour une thématique (bar à chats, univers personnel…)

En d’autres termes, un concept en restauration est une activité qui permet de faire évoluer l’offre locale. Cela peut être l’implantation d’une offre absente, ou une idée révolutionnaire qui va créer une nouvelle tendance. Un concept en restauration est aussi une activité locale originale parfaitement coordonnée avec les attentes des clients.

Pour trouver le bon concept, il est essentiel de faire preuve d’observation, de compréhension et d’adaptation. Dans un premier temps, vous allez observer le quartier. Pour ce faire, vous allez vous rendre dans le quartier où vous souhaitez implanter votre établissement un jour dans la semaine et un samedi. Grâce à cela, vous allez pouvoir vous rendre compte de la fréquentation et de savoir si vous pourrez générer du chiffre d’affaires.

Vous allez devoir également vérifier si la demande est bien présente. Par exemple, vous vous rendez compte que dans ce quartier il n’y a pas de bar à tapas, mais qu’il y a beaucoup de monde. Alors, vous allez devoir vérifier si les clients potentiels sont intéressés par votre offre. Peut être que ces clients consomment peu d’alcool entre midi et deux et après 17heures donc malgré leur présence, ils ne viendront pas dans votre bar à tapas.

Finalement, avant de rendre opérationnel votre concept, vous devez le tester ! Vous pouvez commencer à en parler à votre entourage et aux personnes vivantes dans la zone de chalandise de votre futur local.

Conseil n°2 : un business plan en béton

La création du Business Plan est l’une des étapes la plus importante. Elle n’est donc pas à négliger. Le business plan, vous permettra de savoir si votre projet est viable ou pas. Mais aussi, il permettra de convaincre votre banquier pour qu’il vous suive financièrement dans votre lancement.

Pour bien faire votre business plan, vous devez renseigner plusieurs éléments :

  1. Le résumé (activité de votre établissement, résumé du marché, chiffres clés, besoin auquel vous répondez)
  2. La société (description de la structure, emplacement, présentation de l’équipe détaillée)
  3. Les produits et les services proposés
  4. L’étude de marché (démographie, segmentation, marché cible, concurrence etc)
  5. La stratégie (avantage concurrentiel, prix, plan commercial…)
  6. Les opérations (plan du personne, ressources nécessaires, fournisseurs…)
  7. Les emplois et les ressources
  8. Le prévisionnel financier
  9. Le prévisionnel des ventes
  10. Le résultat prévisionnel
  11. Le bilan prévisionnel

Conseil n°3 : Trouver le financement

Plusieurs types de financement existe. Nous allons les voir ensemble

L’apport personnel

L’apport personnel se traduit par la somme que vous souhaitez, que vous pouvez investir dans votre projet. Il constitue ainsi votre épargne. Plus il sera important plus votre banquier adhérera à votre projet

Love Money

Le love money est l’apport de fonds que votre famille ou vos amis vous apporte. Celle-ci permettra ainsi d’augmenter votre apport personnel. Je vous conseille, pour éviter tout problème, d’avoir un investisseur désintéressé financièrement, c’est-à-dire que si le projet ne fonctionne pas, alors s’il perd la somme investie ce n’est pas grave pour lui. Aussi, vous devez mettre dans règles à ces engagements : faites signer un pacte d’actionnaire.

Les aides et subventions

Nous pouvons retrouver deux sortes d’aides :

Le Crowdfunding

Le crowdfunding est un financement participatif qui fait appel à un grand nombre de personnes. En contrepartie, vous pourrez offrir des repas, du capital ou bien des intérêts.

Le prêt bancaire

Comme nous l’avons vu un peu plus haut, plus votre apport personnel est conséquent plus vos chances d’avoir un prêt bancaire augmente. D’autre part, l’accord de votre prêt bancaire se jouera sur votre business plan. C’est pourquoi, il est indispensable qu’il soit bien fait !

Finalement, comparez plusieurs banques et choisissez la plus avantageuse. Si vous ne souhaitez pas faire d’erreur, vous pouvez aussi bien faire appel à un courtier.

Conseil n°4 : Ne pas négliger les formations

Pour l’ouverture d’un restaurant, ou tout autre établissement CHR, 2 formations sont obligatoires : le permis d’exploitation et la formation hygiène alimentaire HACCP.

Au delà du fait que ce soit des formations réglementaires, elles vous aideront à bien gérer et contrôler votre établissement. Vous allez apprendre les clés indispensables pour maitriser votre établissement et vous éviter des sanctions qui pourraient mettre en péril votre activité.

Le Permis d’exploitation

Le Permis d’exploitation est obligatoire si vous souhaitez vendre de l’alcool à votre clientèle. Grâce à cela vous pourrez exploiter une licence IV, une licence III, ou encore une licence “petite restauration”, et licence “grande restauration”. Durant ce stage vous apprendrez toutes vos obligations et vos droits en tant qu’exploitant mais aussi la réglementation en vigueur.

La formation HACCP

La formation Hygiène Alimentaire HACCP est obligatoire si vous manipulez des denrées alimentaires dans votre restaurant. Elle est obligatoire pour au moins une personne présente dans votre établissement. Durant ce stage, vous apprendrez à organiser et gérer votre activité de restauration dans des conditions d’hygiène conformes à la réglementation en mettant en œuvre les principes applicables en hygiène alimentaire. Et vous apprendra également à assurer des autocontrôles efficaces et éviter les sanctions.

La sécurité alimentaire est primordial pour garantir la sécurité de vos clients et éviter des sanctions lourdes.

Conseil n°5 : Bien choisir son laboratoire d’hygiène alimentaire

Les laboratoires d’hygiène alimentaire vous accompagnent dans la maitrise et la gestion de votre sécurité alimentaire.

Ainsi, ils vous accompagne dans votre démarche qualité et vous aide à être en conformité avec la réglementation. Ils sont là, pour vous aider, faire le point, vous informer et vous former à reconnaitre les dangers et à minimiser les risques afin d’assurer la qualité et la sécurité des produits.

Néanmoins, il essentiel de bien le choisir. Pour ce faire, vous devez vous renseigner sur leur accréditation. Par exemple, le Laboratoire d’Hygiène Lyonnais est accrédité COFRAC. Cette dernière atteste des compétences et de l’impartialité des organismes de contrôle au niveau national et international.

Pour en savoir plus sur l’accréditation COFRAC, c’est ici.