Solutions alternatives à la SACEM

Interview concernant la diffusion de musique dans un restaurant

Diffuser de la musique dans son établissement CHR

Aujourd’hui j’ai discuté longuement avec la gérante d’un café. Il est arrivé le sujet des choix de musique dans un établissement CHR. Je trouvais ce sujet intéressant, et c’est pourquoi j’ai décidé de vous en faire un article. Cerise sur la gâteau, elle m’a parlé d’une solution vous permettant de vous exonérer de la taxe SACEM. Je ne pouvais pas m’empêcher de faire part de cette belle découverte ! Je me suis de suite dit que cela allait fortement vous intéresser !

Musique, un synonyme de joie

Comme à mon habitude, je m’assois dans le fauteuil de mon café favori, et je commande mon petit café de 16h. La gérante de ce café, vient me voir pour me demander si tout se passait bien. Toujours souriante, et plein de vie je lui demande son secret pour avoir une telle joie de vivre. Et c’est à cet instant qu’elle me dit ce mot: la musique !

Nous avons donc commencé à discuter sur ce sujet. Elle m’a alors expliqué qu’elle ne pouvait pas passer une journée sans écouter de la musique, que cela lui donnait cette motivation, ce bien-être et que ça la détendait. Aussi, c’est une des raisons de pourquoi elle diffuse de la musique dans son café. En effet, elle souhaite avant tout transmettre cette ambiance joyeuse à ses employés et ses clients.

“Je met de la musique rythmée qui inspire la joie car je veux transmettre la bonne humeur dans mon café. Je veux que les clients soient joyeux et heureux de venir ici. Grâce à la musique je peux ainsi créer l’ambiance que je souhaite.”

Le bien-être des employés

Cette gérante m’a expliqué qu’elle en avait parlé à ses employés. Elle leur a demandé s’ils préféraient travailler avec ou sans la musique. Ils ont été unanimes: AVEC. Cela pour différente raisons. Tout d’abord, ils leur ont confié que ça les motivait, que ça leur donnait de l’énergie, et que le temps passait plus vite.

“Moi tout ce que je souhaite c’est qu’on se sente bien ici, que ce soit mes clients ou mes employés. Grâce à cela, j’ai pu remarquer que mes employés sont contents de venir travailler, et qu’ils sont plus productifs. Bien évidemment, la musique ne fait pas tout, mais c’est le détail à ne pas négliger”.

… Et celui des clients

La gérante m’a également affirmé que la musique dans un établissement permet de fidéliser les clients, car ils viennent pour l’atmosphère, l’ambiance qui règne sur le lieu. Il est sûr que la musique y jour un rôle important. Si les clients veulent boire un verre tout en se sentant bien, ils savent qu’ils peuvent venir ici. Aussi, m’a-t-elle dit qu’elle avait vu plusieurs fois des clients “shazamer” la musique qui passait, ou encore taper le rythme de la musique avec leur pied. Voir ses clients heureux, la rend aussi heureuse, et vois les employés heureux rend les clients heureux.

Réglementation concernant la diffusion de musique dans votre établissement

Passons aux choses qui fâchent. Comme vous le savez, il faut payer une taxe à la SACEM pour pouvoir diffuser la musique. Nous savons que cela représente un coût important pour vous, alors que vous pourriez utiliser cet argent pour améliorer autrement le bien-être dans votre établissement.

Tout d’abord, les droits d’auteur permettent de protéger l’oeuvre musicale. Ainsi, l’auteur d’une musique à le droit d’interdire la diffusion de sa musique, ou au contraire l’autoriser, ou interdire toute modification. Ensuite, les compositeurs ont une prérogative de droit “patrimoniaux”. Les compositeurs perçoivent en contrepartie une rémunération. Ainsi, à chaque fois qu’une de leur musique est diffusée, ils perçoivent une contrepartie financière.

Concernant la SPRE, elle permet quant à elle, une rémunération équitable. Les artistes-interprètes, et les producteurs de musique reçoivent aussi des droits dits “voisins”. Ces derniers sont des droits moraux et patrimoniaux cédés à des artistes pour protéger leur œuvre. C’est donc un droit supplémentaire et complémentaire des droits d’auteur.

En quelques mots, la SPRE  permet de financer notamment, des aides à la création, à la formation d’artistes etc.

La solution alternative à la SACEM

Chose promise chose due. Il existe bien des alternatives pour ne plus payer la SACEM, comme par exemple de ne plus diffuser de musique dans votre établissement. C’est une méthode radicale, mais au moins vous êtes sûr de ne plus payer cette taxe.

Sinon, vous pouvez opter pour une autre méthode, comme faire appel à d’autres sociétés privées permettant aussi la diffusion de la musique dans votre établissement à moindre coût. C’est le cas notamment d’Easytrax. Vous pourrez continuer à mettre de la musique dans votre établissement pour un prix bien inférieur. Par exemple, pour un bar à Lyon, la SACEM demande une redevance d’environ 1200€/an, alors qu’Easytrax  cela se limite à 100€/an.

Easytrax est une licence de 24 mois qui est 100% légale reversant un pourcentage des ventes aux compositeurs. Pour faciliter la diffusion de musique, les milliers de morceaux sont classés par style, par ambiance. Pour plus de renseignements je vous invite à aller sur leur site internet pour avoir toutes les réponses à vos questions.

Concernant la législation française, il est indiqué que tout enregistrement diffusé au public est redevable de la rémunération équitable (SPRE) en référence à l’Article L-214-1.

Enfin, pour éviter tout problème réglementaire Easytrax vous délivre un certificat prouvant que vous êtes bien adhérent à ce service.

De nombreux établissements l’utilisent déjà comme AccorHôtel, Best Western, McDonald’s, Kyriad Hôtel ou encore Poivre Rouge …

En espérant que cet article vous a été utile !

A bientôt, pour un nouvel article